Mars 2004

Pas de croisement entre hommes de Néanderthal et hommes modernes

L’homme moderne ne se serait pas mélangé avec l’homme de Néanderthal, d’après une étude comparative de leur ADN. Les chercheurs ont comparé les restes préservés de quatre hommes de Néanderthal avec ceux de cinq hommes modernes trouvés en Europe de l’Ouest. Ils ont examiné les séquences de l’ADN mitochondrial prélevé sur des fossiles. Ces séquences sont transmises de la mère à sa descendance. Si les hommes de Néanderthal et les hommes modernes s’étaient mélangés il aurait fallu s’attendre à ce que les séquences des deux groupes se trouvent imbriquées. Les séquences se sont révélées entièrement distinctes. Un mélange à grande échelle est par conséquent exclu.

Nous n’avons pas détecté de preuves de croisement a déclaré David Serre, de l’Institut Max Planck pour l’Anthropologie Evolutionnaire (Leipzig, Allemagne), qui a pris part aux recherches. Mais, ajoute-t-il, en raison de la rareté de l’ADN bien préservé, il n’est pas possible d’être certain que de telles rencontres n’eurent jamais lieu.

Néanderthal a disparu d’Europe il y a de cela 30.000 à 40.000 ans, approximativement la période à laquelle les hommes modernes sont apparus dans cette région. Les chercheurs se sont divisés sur le fait de savoir si les deux groupes se sont retrouvés face à face et, dans le cas où cela se serait produit, si les relations ont été hostiles ou pacifiques. Les nouveaux résultats constituent une avancée, confirme Chris Stringer, du Britain’s Natural History Museum (Londres, Grande-Bretagne). Ils renforcent la théorie selon laquelle les ancêtres des européens ont remplacé les hommes de Néanderthal au lieu de se mélanger et de former un seul groupe ayant donné naissance à la population actuelle, ajoute-t-il.

Mais des questions demeurent sans réponse. Les hommes modernes auraient-ils provoqué l’extinction de leurs voisins par des actes violents ? Les hommes de Néanderthal auraient-ils disparu, laissant à ceux-ci une terre à leur totale disposition ? Selon Stringer, le climat de l’Europe était très instable à la période correspondant à celle de leur disparition. Ceci combiné à l’arrivée d’un habile compétiteur pourrait avoir déterminé leur sort.


[Menu]
© Centre International de Recherche Scientifique
Tous droits réservés

[accueil]