Août 2003

Espoir d’un vaccin à effet rapide contre Ebola

Des vaccins à effet rapide pourraient permettre de contenir demain des maladies virales dès le début de leur propagation. C’est la perspective ouverte par des recherches ayant abouti à la mise au point d’un vaccin à effet rapide contre le virus Ebola. Ce nouveau vaccin, expérimenté chez des singes, leur octroie une protection seulement quatre semaines après injection. Dans le cas où il s’avère efficace chez l’homme, il permettra de stopper les propagations soudaines d’Ebola, indique Gary Nabel, du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (Bethesda, Maryland, Etats-Unis) et membre de l’équipe de chercheurs ayant réalisé les travaux. Le virus Ebola est la cause de fièvres hémorragiques sévères qui tuent 90 % de ses victimes.

Afin de mettre au point le vaccin, l’équipe de Nabel a inséré une portion du génome du virus Ebola à l’intérieur d’un adénovirus modifié. L’adénovirus, en générant une réponse immunitaire très agressive chez l’hôte, apprend au système immunitaire à reconnaître la protéine encodée par le gène inséré.

La plupart des vaccins aujourd’hui utilisés le sont en prévention parce que la durée au bout de laquelle la protection immunitaire est effective est trop longue pour être efficace dès le début d’une propagation. Les vaccins à effet rapide visent à contenir une propagation par inoculation de tous les contacts possibles des premiers cas détectés.


[Menu]
© Centre International de Recherche Scientifique
Tous droits réservés

[accueil]