Juin 2000

Des moustiques génétiquement modifiés pour combattre le paludisme

Les moustiques, vecteurs du paludisme, opposent une résistance de plus en plus efficace aux pesticides. De surcroît, les médicaments combattent de plus en plus difficilement cette maladie mortelle, qui tue chaque année environ un million de personnes. Cependant, grâce aux résultats de travaux récents, une nouvelle piste de recherche s'offre aux chercheurs. Celle-ci consiste à mettre au point un moustique génétiquement modifié non-porteur du paludisme.

Les professeurs Andrea Crisanti et Flaminia Catteruccia, de l'Imperial College de Londres viennent d'expérimenter avec succès une technique consistant à transférer un gène à l'intérieur du patrimoine génétique d'oeufs de moustiques. Jusqu'à maintenant, ils se heurtaient au fait que l'enveloppe des oeufs durcit très vite et donc à l'impossibilité de procéder à un quelconque transfert. C'est en utilisant une substance chimique qui ralentit le processus de durcissement qu'ils ont réussi l'expérience de transfert de gène; celle-ci a porté sur Anopheles stephensi, un des vecteurs du paludisme. Cette première étape franchie, les chercheurs envisagent plusieurs pistes dont l'une consiste à immuniser les moustiques contre l'agent pathogène en modifiant leur système immunitaire. N'étant ainsi plus porteurs de la maladie, ils ne la transmettront plus.

La question de la diffusion d'organismes génétiquement modifiés en vue d'une transmission des nouvelles caractéristiques génétiques à l'espèce est dès lors posée. Des impératifs de santé publique ainsi que la nécessité de préserver la nature entreront en ligne de compte dans le débat qui se profile.


[Menu]
© Centre International de Recherche Scientifique
Tous droits réservés

[accueil]