Mars 2002

Lien établi entre problèmes de sommeil chez l'enfant et désordres comportementaux

Les enfants qui ronflent encourent presque deux fois plus de risque que le autres enfants de souffrir d'inattention et d'hyperactivité. Le lien est de surcroît fort entre ces désordres comportementaux et d'autres problèmes de sommeil. Telles sont les conclusions d'une nouvelle étude publiée dans le numéro de Mars de la revue Pediatrics. Cette étude, basée sur une enquête auprès de parents de 866 enfants, a été dirigée par Ronald Chervin, professeur associé de neurologie à l'University of Michigan Medical School. Elle figure parmi les plus importantes explorant la relation sommeil / inattention-hyperactivité.

L'exemple le plus frappant concerne les garçons de moins de 8 ans. Les ronfleurs parmi ceux-ci présentent trois fois plus de risque que les non-ronfleurs d'être hyperactif. A l'opposé, la somnolence diurne est associée à l'hyperactivité pour tout groupe d'âge ou de sexe, peut-être parce que cette somnolence peut résulter de nombreuses causes autres que les problèmes de respiration durant le sommeil.

Ceux-ci ainsi que les mauvaises habitudes concernant le sommeil et d'autres facteurs contribuant à la somnolence peuvent cependant être corrigés, précise Chervin. Pour les enfants atteints de ronflement sévère ou d'apnée, il est important de consulter un spécialiste du sommeil et de se faire traiter. Les parents doivent de plus s'assurer que leurs enfants respectent une bonne hygiène de sommeil : heures de coucher et de lever adaptées et nuits entières de sommeil notamment.


[Menu]
© Centre International de Recherche Scientifique
Tous droits réservés

[accueil]