Novembre 2002

Boire ou conduire : il faut choisir

Une seule pinte de bière (environ un demi-litre) ou encore deux verres de vin peuvent altérer dangereusement le jugement, selon une étude dirigée par le Dr Richard Ridderinkhof, de l'Université d'Amsterdam. Une heure après la consommation de deux verres de vin ou encore de deux bières, les hommes verraient s'abaisser le degré de conscience qu'ils ont de leurs erreurs. Chez les femmes, ce phénomène s'observe après l'absorption d'une quantité moindre d'alcool.

Selon les chercheurs, ces résultats constituent une alerte quant à la compatibilité entre alcool et conduite. Boire et conduire n'apparaît donc pas être une bonne combinaison, déclare le Dr Ridderinkhof. Les chercheurs ont constaté une baisse significative des réponses du cerveau à 0,4 gramme d'alcool par litre de sang alors que la limite légale pour conduire en France est de 0,5 gramme par litre de sang, et de 0,8 gramme en Grande-Bretagne. Il était déjà bien établi, ajoute le Dr Ridderinkhof, qu'un verre seulement était à même de causer un ralentissement des réactions et d'engendrer un nombre plus important d'erreurs.

Mais la nouvelle étude a aussi montré que l'alcool favorisait ces erreurs en supprimant la capacité du cerveau à les reconnaître. Une personne qui n'est pas sous l'influence de l'alcool est alertée par son cerveau lorsqu'elle commet une erreur. Cette aptitude à reconnaître ses erreurs est altérée après une consommation d'alcool. Les recherches sont publiées dans la revue Science.


[Menu]
© Centre International de Recherche Scientifique
Tous droits réservés

[accueil]