Janvier 2003

Le cannabis : une porte vers les drogues dures

Les jeunes consommateurs de cannabis présentent, les scientifiques l'ont déjà mis en évidence, un risque plus important d'évoluer vers la consommation de drogues dures. La détermination des causes de cette évolution a suscité de violentes controverses.

Une nouvelle étude portant sur des jumeaux écarte le rôle d'une composante génétique forte. Les chercheurs ont étudié plus de 300 couples de vrais et faux jumeaux de même sexe, dans lesquels un des jumeaux avait commencé à consommer du cannabis avant son 17ème anniversaire et l'autre non. Ils ont constaté que le consommateur précoce présentait deux à cinq fois plus de risques d'évoluer vers une consommation de drogues plus dures ou de devenir dépendant de l'alcool. Le fait que les résultats concernant les vrais jumeaux, qui ont en commun les mêmes gènes, ne diffèrent pas de ceux des faux jumeaux, suggère que cette évolution n'est pas la résultante des gènes.

Beaucoup de consommateurs de drogues dures ont suivi un cheminement menant de la cigarette et de l'alcool au cannabis, à l'héroïne et à la cocaïne. Certains chercheurs avaient alors émis l'hypothèse selon laquelle les drogues douces constituaient une porte d'entrée vers des substances plus dures. Certes, tous ceux qui prennent un verre ne finissent pas dépendants de la cocaïne. Mais très rares sont les consommateurs de drogues dures qui n'ont pas d'abord essayé le cannabis. La nouvelle étude confirme que cette porte d'entrée est bien réelle.


[Menu]
© Centre International de Recherche Scientifique
Tous droits réservés

[accueil]