Octobre 2000

La poésie des Tablettes ougaritiques

Ted Lewis, de l'université de Georgia (E.U.), propose une nouvelle approche de la traduction des tablettes ougaritiques. Découvertes dans les années 20 par des archéologues français, ces tablettes en argile aux inscriptions gravées contiennent des poésies vieilles de plus de 3400 ans. Il s'agit du premier témoignage de la religion et de la littérature des anciens Cananéens. Les nouvelles recherches montrent non seulement qu'elles constituent la plus ancienne écriture de la région, mais aussi qu'elles contiennent une tradition artistique jusque là inconnue.

Dans le passé, les traducteurs de ces tablettes ont essentiellement travaillé sur le décodage de l'écriture cunéiforme, en portant peu d'intérêt au style et aux nuances de la langue. Il s'agissait, déclare Lewis, d'une traduction "mathématique", terne et sans vie, à destination des spécialistes. Avec son équipe, Lewis a voulu rendre à ces textes leur caractère poétique en utilisant notamment les assonances et les allitérations. Recréer les sonorités et la beauté d'origine et aller vers une véritable traduction littéraire, tels sont ses objectifs.


[Menu]
© Centre International de Recherche Scientifique
Tous droits réservés

[accueil]