Mai 2001

Les manchots victimes du réchauffement climatique

Les populations de manchots empereurs ont été dévastées durant les 50 dernières années : elles ont diminué de plus de 50%. La cause en serait la longue période de réchauffement qui a touché l'océan Antarctique. Ces populations connaissent actuellement une certaine stabilisation. Mais si la tendance au réchauffement se poursuit, un nouveau déclin pourrait les frapper. Telles sont les conclusions d'une étude publiée dans la revue Nature du 10 mai par deux chercheurs français : Christophe Barbraud et Henri Weimerskirch.

Les manchots empereurs sont des manchots robustes mesurant 90 cm et pesant 30 kg. Ils sont destinés à vivre dans le froid, arborant une épaisse couche de graisse sous leur peau ; cette dernière est recouverte de surcroît d'une couche dense de duvet laineux. Le réchauffement ne les a pas atteint directement. Il les a décimés par le biais du tarissement de leur principale source de nourriture : le krill, un minuscule crustacé. Ces derniers se nourrissent d'algues vivant sur la glace. Le réchauffement ayant entraîné une réduction de la couverture de glace, les populations d'algues ont chuté et, par voie de conséquence, celle du krill.

A l'heure actuelle, les scientifiques restent divisés sur l'origine de l'amincissement de la couverture de glace. Certains évoquent comme cause de celui-ci le réchauffement global et d'autres les variations naturelles des températures et des niveaux de glace. En tout état de cause, " nos résultats montrent que les manchots empereurs seraient très sensibles à la variabilité de l'environnement " ont déclaré Barbraud et Weimerskirch.


[Menu]
© Centre International de Recherche Scientifique
Tous droits réservés

[accueil]