Novembre 2002

Détection d'une 'étoile fossile' permettant d'éclairer l'origine des éléments

Une étoile très faiblement pourvue en métaux, découverte à la périphérie de la Voie Lactée, pourrait être caractéristique de celles ayant empli la galaxie des éléments chimiques nous environnant. Dénommée HE0107-5240, elle appartiendrait à la première génération d'étoiles qui se sont constituées à partir des éléments légers issus du Big bang : hydrogène, hélium et lithium. Cette première génération d'étoiles convertissait ces éléments légers en éléments plus lourds : les métaux tels que le carbone, le fer, le phosphore et le plomb.

Notre Soleil est riche en métaux, surtout en fer. Les étoiles contenant 10 000 fois moins de métaux sont courantes. HE0107-5240 contient quant à elle 200 000 fois moins de métaux que le Soleil, soit 20 fois moins encore. Les astronomes avaient prédit que des objets faiblement pourvus en métaux, tels que HE0107-5240, existaient. Mais au bout de 20 ans de recherches sans résultats, beaucoup en vinrent à penser qu'ils n'existaient pas. L'apparente barrière a été brisée, conclut Norbert Christlieb, de l'Université de Hambourg (Allemagne), qui a dirigé les recherches.

HE0107-5240 est située dans le sud de la constellation du Phoenix, à 36 000 années-lumière de la Terre. Elle a été découverte initialement grâce au Télescope anglo-australien. D'autres observations menées grâce au Very Large Telescope (VLT) ont suivi. Ces vieilles étoiles fournissent des indications capitales sur l'histoire de la formation des étoiles et la synthèse des éléments chimiques dans l'Univers primitif, ont déclaré les chercheurs dans la revue Nature. Si des étoiles totalement exemptes de métaux étaient trouvées, cela permettrait l'étude directe du gaz primitif issu du Big bang, ajoutent-ils.


[Menu]
© Centre International de Recherche Scientifique
Tous droits réservés

[accueil]